Le Chopin Gourmand, le Bistrot de Badefols

« Chopin », deux syllabes qui rappellent à nos mémoires le seigneur du château surplombant le village de Badefols sur Dordogne. Seguin de Badefol, baptisé Chopin à cause de sa boiterie, semait la terreur sur tout le territoire. Gourmand, il dut l’être… Le 13 janvier 1366, il mourut après avoir mangé un entremet empoisonné. C’est sur ce fonds d’histoire que le chef, Philippe Poisier, vient de baptiser son nouvel espace : « Le Chopin Gourmand ». Il nous invite à y déguster sa « cuisine bistrot », une valeur sûre…

Bistrot d’hier… et d’aujourd’hui

Après avoir été souvent boudé et finalement détrôné par la nouvelle cuisine, le bistrot a fini par reconquérir un public de gastronomes. Autrefois, les anciens y passaient après le travail pour s’offrir un verre de vin ou un p’tit jaune. On trinquait au comptoir en refaisant le monde. On s’attardait. Le patron offrait sa tournée ou, parfois, un plat… simple certes, mais si savoureux, le plus souvent mijoté sur la cuisinière à bois dans une cocotte en fonte noircie.

Aujourd’hui, la quête d’authenticité, de simplicité et de convivialité, juste retour d’une vie en accéléré, redonne plus que jamais l’envie de se retrouver en famille ou entre amis, autour d’une table.

Rencontre avec le chef, Philippe Poisier

Chopin-Gourmand-suite-1Poussez la porte et entrez dans son nouvel univers… Pause détente face à la rivière à la belle saison, terrasse fleurie, présentation soignée, accueil chaleureux.

Nadine et Philippe Poisier ont repensé le décor : dégradés de teintes dans les camaïeux de bordeaux, menu à composer à l’ardoise, vaisselle, verres colorés, banquettes et fauteuils capitonnés. L’élégance à la française conjugue ici tradition et raffinement. Philippe souhaite toucher une clientèle de proximité. Cet ancrage local lui tient à cœur car, bien que Parisien, il reste très attaché à cette terre périgourdine, à ses traditions et à ses habitants.

Le Bistrot côté cuisine

Retour aux fondamentaux de notre culture culinaire prouvant bien que la cuisine bistrot n’est point un effet de mode. Ces temps incertains nous ramènent à des valeurs simples, celles liées au souvenir des plats de nos grands-mères. Le chef l’a bien compris. Comme tout chef qui se respecte, il ne peut que sauver de l’oubli des plats traditionnels tout en laissant parler sa personnalité et sa créativité.


Ainsi, du lundi au vendredi, la formule express du midi (14,90 €) invite à la gourmandise. Les plats généreux et goûteux font la part belle aux produits locaux et de saison. Le chef privilégie le frais et sélectionne soigneusement ses produits.

Le vin est servi au verre, en carafe et en bouteille, au choix, tout en bénéficiant des conseils du chef pour qui les Monbazillac, Bergerac, Pécharmant, n’ont plus de secrets.

À table on craque pour le crémeux de butter nut, en entrée, ou le pot-au-feu de canard aux légumes d’antan. Ce jour, un foie gras de canard mi-cuit, chutney d’oignons rouges est proposé Pur délice ! Quant aux desserts, du riz au lait de nos grands-mères à la tarte au citron revisitée et son sorbet yusu, il y a de quoi réveiller les papilles et nos souvenirs d’émotions gourmandes.

Les amateurs de lieux de charme connaissent déjà Côté Rivage. Reste à découvrir Le Chopin Gourmand Bistrot ! Là, tout près des rives de la Dordogne, en prise directe avec la nature, entre le ciel et l’eau, il fait bon se retrouver, le temps d’une pause, autour d’un plat de saison, et savourer l’instant… Le bonheur n’est pas loin !


Françoise Cheyrou

Crédit photos : Timothée Lance, photographe en Dordogne– www.photographe-lance.com

PUBLI-REPORTAGE


Cet article a été publié dans le numéro 7 du magazine « Secrets de Pays ».

Vous pouvez vous le procurer en consultant la boutique du site…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.