Les vins et la viticulture en Périgord

La Dordogne est bordée d’innombrables vignobles sur les deux tiers de sa course de 483 km, des collines du haut Quercy jusqu’à la Garonne, face au château du haut Médoc. Suite naturelle du vignoble libournais, celui de la Dordogne n’en est séparé que par une frontière administrative. Répartis sur un vaste vignoble partagé entre terrasses alluvionnaires (rive droite) et plateau calcaire (rive gauche), les vins Bergeracois sont cousins de leurs voisins bordelais.

Comme dans toute bonne famille, les caractères sont bien marqués : rouge en pécharmant, rouge et blanc en montravel et en bergerac, rouge plus concentré et blanc moelleux en côtes-de-bergerac, blanc moelleux en rosette, saussignac, haut-montravel et monbazillac. Enrichi de la variété de ses sols comme de son histoire, sous un climat doux et ensoleillé propice à l’épanouissement de la vigne, ce terroir produit de grands vins, authentiques et séduisants, issus des meilleurs cépages et que l’on décline en cinq couleurs et 13 appellations d’origine contrôlée…

Depuis les temps anciens, des vignerons sculptent les paysages du Bergeracois. Ce sont des femmes et des hommes passionnés, épris de leurs traditions, mais résolument tournés vers l’avenir… Ici, en Périgord, vins et viticulture sont l’objet de toutes les attentions et le fruit de bien des passions.

De nouveaux dossiers sont régulièrement publiés dans cette section…
N'hésitez pas à consulter cette page de temps à autre !

Au commencement, les vignes étaient rampantes, c’est-à-dire qu’elles s’étiraient à même le sol au gré de leurs sarments. On prétend que les gens du Bergeracois eurent les premiers l’idée d’ordonner la vigne par rangs et de faire s’agripper chaque cep à un échalas. L’idée parut si bonne que la plupart des vignerons du monde l’adoptèrent. Je ne peux authentifier cette histoire, mais elle est belle et me plaît, d’autant que l’amour des viticulteurs bergeracois pour leurs vignes me porte à croire à sa véracité. (1)


Notes :

  •  (1) Bergerac, des vins et des hommes, Hervé Bruneaux, Éditions de La Lauze, 2008.

Crédit Photo : JF Tronel.