13 Appellations et 5 couleurs

Le droit aux appellations d’origine contrôlées Bergerac, Bergerac sec, Côtes de Bergerac, Côtes de Bergerac moelleux fut reconnu par le décret du 11 septembre 1936 aux vins rouges ou blancs qui sont récoltés sur l’ensemble du territoire de l’arrondissement de Bergerac conformément à une aire établie et définie par l’I.N.A.O.

Treize appellations d’origine contrôlée (AOC) se partagent 12 700 hectares de vigne répartis sur 90 villages autour de Bergerac. C’est l’une des rares régions viticole de France produisant autant de vins blancs que de vins rouges.

13 AOC pour le plaisir des papilles

  • Bergerac rouge
  • Bergerac rosé
  • Bergerac sec
  • Côtes de Bergerac rouge
  • Côtes de Bergerac Blanc
  • Pécharmant
  • Montravel
  • Haut-Montravel
  • Montravel rouge
  • Côtes de Montravel

  • Carte des AOC du vignoble de Bergerac


    Bergerac, une déclinaison de 5 appellations

    1. AOC Bergerac Rouge : l’appellation Bergerac est donnée à des rouges plus légers que les Côtes de Bergerac, mais devant titrer de 10 à 13 %vol. Issue de Merlot, Cabernets et Côt (Malbec), les rouges de la rive droite de la Dordogne sont plus souples et relativement plus fins que ceux de la rive gauche qui sont plus corsés, plus colorés et plus tanniques. Issus de l’assemblage des cépages traditionnels (Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Merlot Noir, Côt ou Malbec), les Bergerac rouges sont souples, élégants, et fruités avec des arômes de fraises, cassis et autres fruits rouges. Flatteurs au palais, généreux, bouquetés et gouleyants, ils peuvent être consommés jeunes (2 à 3 ans), s’apprécient mieux au bout de 4 ou 5 ans. Les Bergerac Rouge sont parfaits avec les viandes rouges (excellents sur des côtes de bœufs), gibiers, magrets, confits et fromages.
    2. AOC Bergerac Rosé : la production des vins rosés est récente. Ces vins obtenus par « saignée » ou macération courte sont élaborés par assemblage de Merlot, de Cabernet Franc et de Cabernet Sauvignon. Ils doivent titrer de 10 %vol à 13 %vol. Ils se distinguent souvent par une délicate couleur saumonée et une certaine fraîcheur aromatique.
      Ils s’apprécient jeunes, quand ils expriment le maximum de leur richesse aromatique. Structurés et rafraîchissants, les Bergerac Rosé s’accordent avec les charcuteries, les repas d’été, les salades composées et les grillades.
    3. AOC Bergerac Sec : autrefois doux, à base de Sémillon, le Bergerac blanc est désormais sec, issu de l’assemblage du Sémillon, Muscadelle, Ondenc et Chenin Blanc, à dominante Sauvignon et, accessoirement, Ugli blanc (25 % maximum). Il est produit sur des sols calcaires, des graves ou des terres sablo-argileuses appelées boulbène. Il doit titrer de 10 à 13 % vol et contenir au plus 4 grammes de sucre. Ces vins frais agréablement bouquetés peu colorés, possédant une belle attaque nerveuse et une bonne longueur en bouche, doivent être bus jeunes, excellent sur les fruits de mer, sur les entrées ou en cuisine.
    4. AOC Côtes de Bergerac Rouge: ils doivent titrer de 11 à 13 %vol, et sont assujettis à un moindre rendement que le Bergerac. Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Merlot Noir, Côt ou Malbec, donnent aux Côtes de Bergerac rouge cette intense couleur sombre. Structurés et complexes, ils présentent des arômes de fruits confits comme le pruneau. Ce vin, qui se conserve de 2 à 6 ans peut accompagner tout un repas. Charpentés et ronds, ces rouges sont à boire avec des volailles et des viandes en sauce.
    5. AOC Côtes de Bergerac Blanc : ce sont des vins moelleux, au bouquet délicat. Ils doivent titrer de 12 à 14,5 % vol et contenir de 18 à 54 grammes de sucre. Il peuvent se boire jeunes, mais prennent de l’ampleur en vieillissant. Il convient de les boire pour leur cinquième anniversaire.

    Pécharmant

    AOC Pécharmant : Ce appellation rouge est produite sur 300 ha de coteaux exposés au midi, rive droite de la Dordogne, au nord-est de Bergerac. Les sols de ce vignoble sont argilo-siliceux, riches en fer, ce qui lui donnent un goût de terroir très typé. Vin de garde au bouquet fin et subtil, il accompagne les classiques de la cuisine périgourdine. Issu de Merlot, de Cabernets et accessoirement de Malbec, il doit titrer au moins 11 % vol et au plus 13,5 % vol, avec une teneur résiduel inférieur à 3 grammes par litre. D’autre part, il doit être élevé au moins pendant un an avant d’être commercialisé. Il exhibe alors une robe profonde et présente des arômes délicats. En bouche, l’attaque est franche, la matière est puissante, dense et profonde avec une structure tannique ferme, la finale est longue sur des notes de réglisse et parfois de cèdre. Puissant et bien structuré, plus savoureux et tannique que le Bergerac, il est capable, les bonnes années, de soutenir la comparaison avec certains Saint-Emilion. L’élevage en barrique (20 à 30 mois) lui apporte complexité et finesse. Le pécharmant est naturellement destiné à la garde au moins trois ans. Il continue à se bonifier en bouteilles et peut être gardé 10 ans, 15 ans sur les grandes années. Bien vinifiés, ils présentent un nez un peu vanillé, une bouche charnue et des parfums qui évoquent la violette et le réglisse. Élégant et fin, de grande intensité aromatique, ils accompagnent idéalement les gibiers, les rôtis et les fromages. Sa température de service est de 16°C, l’aération en carafe est préconisée.

    Montravel, une déclinaison de 4 appellations

    Sur la rive droite de la Dordogne, proche de Castillon, dans le canton de Vélines, cette AOC a été délimitée en 1937. Le terroir est constitué de molasses argilo-calcaires sur socles calcaires parfois lacustres.

    1. AOC Montravel Rouge : les environs de Vélines produisaient un vin rouge qui s’est doté de conditions de production très strictes : une obligation pour l’assemblage d’un minimum de 50 % de Merlot (plus Cabernet Sauvignon, Cabernet franc et côt), suivi parcellaire des conditions de production, élevage des vins sur 18 mois, agrément après mise en bouteilles, etc. Le titrage de ces vins est compris entre 12 % et 15 % (et ne peut être inférieur à 11 %) et la teneur en sucre doit être comprise entre 8 grammes minimum et 54 grammes maximum par litre. La couleur est intense, le nez marie des notes de fruits très mûrs à des notes grillées et légèrement vanillées, la bouche est pleine, ample, la finale longue. C’est un vin de grande richesse, structuré et puissant, à boire entre deux et dix ans. On peut dire que ce Montravel rouge est à mi-chemin entre le charme viril des bergerac et le charme plus féminin des saint-émilion. Ces vins recèlent une grande complexité aromatique avec des notes florales qui s’expriment avec une agréable légèreté. Fermentés et élevés en barriques, les arômes sont alors plus chaleureux et plus veloutés. Ils gagnent à vieillir quelques années. Ils font merveille avec les viandes rouges, gibiers, magrets, confits et fromages.
    2. AOC Montravel Blanc (sec) : ce sont des vins de plaine, titrant de 10 à 13"% vol. Ils sont secs mais contiennent au moins 4 grammes de sucre résiduel. Ils sont issus principalement d’un assemblage de Sémillon, de Sauvignon et de Muscadelle. Le Sauvignon ici est largement dominant (l’Ondenc et le Chenin blanc peuvent aussi servir à leur élaboration). Très aromatiques, ces vins se caractérisent par une généreuse structure en bouche, des arômes de fleurs blanches. Lorsqu’ils sont élaborés selon les techniques de macération pelliculaire ou de fermentation et d’élevage sur lies, ce sont des vins plus ronds, mieux structurés, qui développent des arômes plus complexes. Ils peuvent être bus jeunes mais ils méritent d’être attendus 2 à 3 ans. Ils font merveille à l’apéritif, avec les viandes blanches, les poissons en sauce, le Bleu des causses et les fraises. 
    3. AOC Côtes de Montravel (mœlleux) : cette appellation s’applique à des blancs de coteaux, moelleux, issus de Sémillon, de Sauvignon, et de Muscadelle. L’Ondenc et le Chenin blanc peuvent également servir à leur élaboration. Légèrement moelleux, ils assurent une parfaite transition entre les Montravel (des blanc sec) et les Haut-Montravel (des vins mœlleux ou liquoreux). Le titrage de ces vins est compris entre 12 % et 15 % (et ne peut être inférieur à 11 %) et la teneur en sucre doit être comprise entre 8 grammes minimum et 54 grammes maximum par litre. Ces vins recèlent une grande complexité aromatique avec des notes florales qui s’expriment avec une agréable légèreté. Ils gagnent à vieillir quelques années.
    4. AOC Haut-Montravel (mœlleux ou liquoreux par dérogation) : ils sont mœlleux parce qu’issus de vendanges passerillées, ils peuvent par dérogation être liquoreux lorsque les raisins sont botrytisés comme l’AOC Saussignac voisine. À l’instar des Côtes de Montravel, le titrage de ces vins est compris entre 12 % et 15 % (et ne peut être inférieur à 11 %) et la teneur en sucre doit être comprise entre 8 grammes minimum et 54 grammes maximum par litre. Ils possèdent une excellente aptitude au vieillissement. Les liquoreux sont suaves et de grande concentration. Délicieux à l’apéritif, les Haut Montravel s’accordent avec les viandes blanches, les poissons en sauce, le Bleu des causses et les fromages à pâte persillée, les fraises, le melon…

    Monbazillac

    AOC Monbazillac : connu depuis le XIVe siècle, c’est l’un des vins liquoreux les plus célèbres. Son vignoble, réparti sur la côte Sud de la vallée de la Dordogne, est aussi l’un des plus anciens de la région. Le Monbazillac est un vin dit « d’assemblage » car il nécessite le mariage de trois cépages. Le Sémillon (72 %) est cultivé en raison de son aptitude à développer la pourriture noble, de ses arômes subtils, de son ampleur en bouche. Le Sauvignon (15 %) apporte une touche de fraîcheur et de vigueur. La Muscadelle (12,3 %) donne des vins très ronds et très parfumés. Il doit titrer au moins 14,5 % vol (pour atteindre 18 % vol les bonnes années), et contenir de 30 à 100 grammes de sucre résiduel. Il est vendangé manuellement, par tries successives, en prenant bien soin de ne ramasser, à chaque « trie », que les grains parvenus à l’état de surmaturation, lorsque des champignons commencent à les envelopper. Cette « pourriture noble » (Botrytis Cinerea) est à l’origine du goût unique de ce nectar et de sa fabuleuse couleur or qui qui fonce avec le temps. Sa fermentation étant très lente (elle dure parfois plusieurs mois et produit une importante quantité de glycérine), il est en effet préférable de le laisser vieillir en cave : il atteint sa maturité au bout de 3 ans, mais il ne s’épanouit pleinement qu’au bout de dix ans. Intense, doux et sensuel, il développe une structure complexe au parfum de miel. Un Monbazillac de dix, vingt, trente ans et plus, révèle de subtils nuances de fruits et d’épices au goût de « rôti ». Bien élaborés, ils sont nerveux, fins et fruités. Ses arômes de fleurs et de miel en fait un vin apprécié à l’apéritif. C’est l’accompagnateur habituel du foie gras, et il fait également merveille sur le melon, les poissons en sauce, les viandes blanches et les fromages à pâtes persillées, ou les desserts à base de chocolat.

    Saussignac

    AOC Saussignac : cette appellation, qui date de 1982, désigne d’excellents vins moelleux qui possèdent un équilibre idéal entre vivacité et sucre (il doit contenir au moins 12 grammes de sucre résiduel). C’est un vin d’apéritif intermédiaires entre le bergerac et le monbazillac. Le terroir de Saussignac est une enclave dans les Côtes de Bergerac. Les cépages admis sont le Sémillon, le Sauvignon, la Muscadelle, et le Chenin blanc. C’est au Chenin blanc qu’il doit sa légèreté et sa spécificité (le distinguant ainsi des Côtes de Bergerac blancs). Fin et tendre, il titre de 12,5 à 15 % vol. Vinifiés en liquoreux, ce sont des vins amples et riches, souples, ronds et d’une grande élégance qui développent avec le temps un bouquet généreux, ample et complexe, aux arômes d’acacia et de pêche, avec un équilibre sans lourdeur. Leur potentiel de garde est de 5 à 10 ans, mais ils peuvent néanmoins être consommés jeunes. Les Saussignac se dégustent bien frais à l’apéritif, mais aussi avec un foie gras, des viandes blanches cuisinées en sauce, le poisson, les fromages bleus ou les desserts à base de fruits.

    Rosette

    AOC Rosette : demi-sec ou moelleux, ce vin devant titrer de 12 à 15 % vol. (entre 8 et 54 grammes de sucre résiduel), est récolté dans un vignoble minuscule, au nord de Bergerac. Produit actuellement par une petite dizaine de viticulteurs, il est issu des mêmes cépages que les bordeaux (Sémillon, Sauvignon et Muscadelle). Les raisins sont récoltés à surmaturité, légèrement botrytisés (pourriture noble) puis pressés juste après la récolte. Ce vin blanc à la robe légèrement paillée dégage des arômes de rose et de fleurs blanches. Le Sémillon, au goût de pierre à fusil, s’y exprime aussi en notes d’acacia ou de pamplemousse. Il s’accorde bien au gras du fromage.

    Les 13 appellations des vins de bergerac


    Les 5 couleurs des vins de Bergerac

    Les rosées : élaborés par un assemblage de Merlot, de Cabernet Franc et de Cabernet Sauvigon, les Bergerac rosés s’apprécient jeunes quand ils expriment le maximum de leur richesse aromatique.

    Les rouges : la variété du terroir permet de produire des vins de caractère nettement différenciés.

    • Pécharmant : un sol particulier de sables et graviers posées sur une couche d’argile ferrugineuse donne au Pécharmant des arômes et un goût incomparable.
    • Montravel : il se distingue par des arômes de fruits rouges intenses, une bouche toute en rondeur et en élégance.
    • Bergerac : fin, souple et fruité, il exprime toute la typicité de son terroir.
    • Côtes de Bergerac : issus de vignes de faibles rendements, élevé plus d’un an avant la mise en bouteille, c’est un vin corsé possédant une excellente aptitude au vieillisement.

    Les blancs secs : élégance, subtilité et richesse aromatique les placent au plus haut niveau des plaisirs de la table.

    • Montravel sec : ce vin blanc se distingue pr sa finesse aromatique et sa généreuse structure en bouche.
    • Bergerac sec : marqué par le Sauvignon, il séduit d’emblée par son attaque nerveuse, son bouquet plein de fraîcheur, sa bonne longueur en bouche.

    Les blancs moelleux :

    • Rosette : ce vin très original se distingue par sa robe légèrement paillée, son élégance aromatique, sa bouche ronde et moelleuse.
    • Côtes de Montravel : une couleur or, des arômes floraux et une bouche de belle ampleur signent ce beau vin moelleux.
    • Haut Montravel : fin et suave, d’une belle concentration en bouche, ce vin est issu de raisins recueillis à surmaturité.
    • Côtes de Bergerac : dotés d’une belle robe paille brillante allient rondeur en bouche et fraîcheur aromatique. Ils s’apprécient dès leur pleine jeunesse.

    Les blancs liquoreux :

    • Monbazillac : récolté par tris sélectifs de raisins botrytisés, ce grand vin liquoreux envoûte par ses arômes de miel, d’acacia et de pêche. Sa capacité de garde peut atteindre plusieurs décennies.
    • Saussignac : né de l’assemblage de cinq cépages, ce vin possède un bouquet généreux et complexe, ample et riche en bouche.

    Consultez le sommaire de ce dossier