Le vignoble du Bergeracois
Le vignoble du Bergeracois au sud de Bergerac, Dordogne, France

Orographie et géologie du vignoble

Établis sur les deux rives de la Dordogne, le vignoble du Bergeracois regroupe sur 90 villages plus de 12 700 hectares. La rive droite de la Dordogne est principalement constituée de terrasses mariant des sols de graves, de sables et de dépôts alluvionnaires. La rive gauche possède souvent un relief plus accusé marqué par des successions de coteaux. Les sols calcaires et argilo-calcaires y prédominent. La ville de Bergerac peut-être considérée comme le centre de cette région viticole. 

Caractéristiques du milieu

Traversé d’est en ouest par la Dordogne, le Bergeracois est découpé par de multiples vallées perpendiculaires à l’axe principal et qui ont dégagé des versants et des croupes bien exposés favorables à la viticulture. Les vignobles sont installés principalement sur les terrains tertiaires (calcaires, molasses) et sur les terrains graveleux des terrasses qui longent la Dordogne.

formations-geologiques-affleurantes-bergeracois-690

Formations géologiques affleurantes du Bergeracois | Cliquer sur la carte pour l’agrandir
Utilisation soumise à conditions

On rencontre 5 grandes familles de sols :

  • Les sables et argiles à graviers du Périgord au nord qui portent des sols bruns lessivés acides avec apparition d’un horizon argileux imperméable en profondeur, le plus souvent vers 50 cm de profondeur. Cette strate d’accumulation (fer, argile) appelé « Tran » dans la région se caractérise par la présence fréquente de concrétions ferrugineuses (crottes de chèvre). C’est cette particularité qui donne au Pécharmant ce goût de terroir si typique à l’appellation. La texture de ce terroir est très variable, de sableuse à très argileuse. Ces sols ont un pH acide (de 5 à 6,6) et sont pauvres en acide phosphorique.
    Ces sables se présentent souvent sous la forme d’argiles compactes et gonflantes. Le déclin de la viticulture dans le nord de l’arrondissement de Bergerac est lié en grande partie à ce type de sol, assez défavorable à la viticulture.
  • Les calcaires tertiaires sont situés sur des plateaux calcaires largement ensoleillés, sur les deux rives de la Dordogne. Ce sont des terres à vocation viticole par excellences. Ce sont des sols bruns calcaires plus ou moins épais ou des rendzines minces assez alcalines et riches en calcaire.
  • Les boulbènes, au sud-ouest (secteur des molasses de l’Agenais), qui portent des sols lessivés hydromorphes de pH acide (5,5 à 6,5) assez limoneux et parfois battants. Ces sols présentent un mauvais drainage interne (présence de mouillères). Ils sont très sensibles à la sècheresse. Néanmoins, ils peuvent donner des terroirs viticoles de qualité s’ils sont bien drainés et bien exposés (croupe et pente) pour évacuer l’excès d’eau.
  • Les terreforts calcaires sur les sols des coteaux de Monbazillac, le bas des flancs de coteaux dans les vallées du Signal, du Dropt, de la Gardonette et de la Dordogne sur sa rive gauche. Ce sont des sols bruns calcaires qui ont tendance « à glisser » d’autant plus que ce sont des sols de pente. Ce sont des terres lourdes qui présentent souvent des problèmes de compactage. Ce sont de bonnes terres viticoles lorsque leur situation ne les rend pas gélifs.
  • Déposés par la rivière, les graves du quaternaire qui portent des sols lessivés et acides sur les terrasses de la vallée de la Dordogne. Ce sont des sols acides et peu fertiles. Si le drainage est suffisant, ces alluvions de graviers peuvent constituer un bon terroir viticole malgré leur caractère gélif. On divise les terrains quaternaires des sols de vallée en 4 catégories :
    1. Les graves : correspondant aux terrasses anciennes, ce sont des sols lessivés à hydromorphie de profondeur, battants en surface à pH acide. Si le drainage est suffisant, elles peuvent constituer un bon terroir viticole malgré leur caractère gélif.
    2. Les terrasses récentes : ce sont des sols peu évolués hydromorphes et non viticoles.
    3. Les alluvions modernes : ce sont des zones humides et ne portant pas de vignoble.
    4. Les bas fonds inondables : ce sont des sols à gley avec nappe peu profonde et permanente impropres à la viticulture.

Le vignoble rouge est réparti sur différents terroirs dont environ :

  • 55 % sur des sols argilo-calcaires.
  • 20 % sur des boulbènes sises sur les plateaux.
  • 15 % sur les sables du Périgord.
  • 10 % sur des graves alluvionnaires.

Le vignoble blanc s’étale sur les terroirs suivants :

  • 75 % sur sols argilo-calcaires.
  • 15 % sur des sols de boulbènes.
  • 5% sur des sables du Périgord.
  • 5 % sur des graves alluvionnaires.

Nature des sols des différents terroirs viticoles

  • Le terroir de Monbazillac : situé entre 50 et 180 m d’altitude, les sols sont de nature argilo-calcaire à forte teneur en argile. Ce sont des terreforts calcaires ainsi que les bat-flanc des coteaux dans la vallée du Seignal, du Dropt, de la Gardonette et de la Dordogne sur la rive gauche.
  • Le terroir de Saussignac : le vignoble est situé sur les rives gauches de la Dordogne, comme l’AOC voisine de Monbazillac. Le sous-sol calcaire, formé d’argile et de molasses de l’Agenais, le plus souvent recouvert de boulbènes, est particulièrement riche en fer et en minéraux.
  • Le terroir de Montravel : la géologie de ses sols, constitués des sables du Périgord, prolongent celle des côtes de Castillon et coteaux de Castillon.
  • Le terroir de Rosette : situé au nord-ouest de Bergerac, sur les versants ensoleillés de la rive droite de la Dordogne, le vignoble est implanté sur des terrains de roches détritiques, de sables argileux et de graviers amenés par la rivière. C’est un sol drainant, riche en fer et en minéraux.
  • Le terroir de Pécharmant : situé au nord-ouest de la ville de Bergerac sur les versants ensoleillés de la rive droite de la Dordogne. La particularité de ce vignoble vient de son sol de sables et de graviers du Périgord, issu de la transformation des roches granitiques du Massif Central. Cette couche d’argile ferrugineuse, profonde et imperméable, dénommée « tran », donne au Pécharmant ce goût de terroir si spécifique.
  • Le terroir de Bergerac : les appellations Bergerac empiètent sur l’ensemble du territoire de l’arrondissement de Bergerac. Les sols variés de calcaires, de boulbènes, de sables, d’argiles et de limons sont à l’origine d’une gamme de vins diversifiés.

Orographie vignoble bergeracois


Sources : Bergerac et ses Vins, Marc-Henry Lemay, Éditions Feret, 1994, Bordeaux.

Crédit Photo : Le vignoble du Bergeracois au sud de Bergerac, Dordogne, France. En haut, à droite, la ville de Bergerac. Par Père Igor (Travail personnel), via Wikimedia Commons.


Consultez le sommaire de ce dossier