Zoom sur… Timothée Lance

La Villa « Marguerite » à Cadouin. © Timothée Lance
« Dans tout acte photo-graphique, que le sujet soit un visage, un objet, un paysage… il y a un rapport au vivant, à l’humain. C’est cette communion entre le sujet et l’œil du photographe, entre l’humain et l’humain, qui fait la photo. » – Timothée Lance

Quand la passion devient métier

Timothée Lance : autoportrait

À 22 ans, après des études de chimie à la Faculté des sciences de Bordeaux, Timothée Lance décide de « tout plaquer ». Il veut se consacrer à sa passion, la photo ! Il démarre sa profession dans un laboratoire photographique à Bordeaux où il s’initie aux techniques du numérique, chez Fujifilm France. Après quelques temps passés à Paris, il ressent la nécessité de retrouver la Dordogne, son pays natal : « J’avais besoin d’être dans un environnement qui me correspond pour être en accord avec moi-même » confie-t-il.

En 2005, il intègre une agence émanant de la Région Aquitaine où il réalise des photographies d’architecture en lien avec le Patrimoine. Fort d’une solide expérience, il décide de s’installer à son compte et choisit le petit village de Pressignac-Vicq. De ses rencontres avec des photographes reconnus tel Jean-Marc Lacabe, aujourd’hui directeur de la galerie du Château d’Eau à Toulouse, et bien d’autres, il retient la richesse d’échanges et d’expériences formatrices : « C’est un métier difficile à apprendre. Chaque photographe a sa propre vision des choses, avec ses recettes jalousement gardées. Il y a des egos démesurés. Il y a aussi des “gentils”. Il faut faire son expérience… »

Timothée avoue son admiration pour de grands maîtres de la photographie tels Raymond Depardon et Martin Parr qui l’ont indéniablement inspiré.

Génération numérique

L’arrivée des dernières technologies a bouleversé nos modes de vie et exige de nous une adaptation dans tous les domaines. Timothée fait partie de cette jeune génération apportant un nouveau souffle à la profession, riche d’idées, signant l’histoire « d’aujourd’hui » de la Photographie.

Il dénonce toute forme de spécialisation : qu’il s’agisse d’une personne, d’une scène de vie, des objets, des paysages ou des œuvres d’art. On n’inscrit pas telle ou telle photo dans une case !

Du portrait à l’univers de la mode, de la photo de mariage à l’illustration, pas de fragmentation non plus. La photographie nous donne à découvrir la vie. Ouverte sur le monde, elle devient traces, un morceau de notre histoire, un souvenir : « L’acte photographique s’inscrit dans une démarche sincère et généreuse. Quand un client formule une demande, j’y mets ce que je suis. Je veux y mettre du sens. Je fais ce que j’ai à faire et je le fais de mon mieux… bien que je ne sois jamais satisfait ».

Réaliser des photos, c’est établir une relation avec les gens : partages et échanges en sont les fondations, et cela, cet artisan de l’image l’a bien compris : « L’important, ce n’est pas l’outil, ni la technique. Il faut dépasser la technique. Il faut casser les codes si besoin, tordre le cou aux idées convenues. Ce qui compte, c’est d’être dans le vrai, dans le beau. »

Artisan et… libre

Équipé de son matériel photo, Timothée parcourt la Dordogne et les départements limitrophes mais ne s’impose aucune limite géographique. Ouvert aux autres, il croit au travail en réseau et travaille en étroite collaboration avec d’autres photographes de la région.

Découvrir sa galerie photos, c’est pénétrer non pas « son » univers mais « ses » univers. Un espace de créations où l’« artisan » apporte son style tout en respectant les réalités et les besoins de chacun.
Nul doute, une page se tourne ! Le photographe signe désormais « son histoire » en explorant de nouveaux territoires dans une liberté absolue de création.


Françoise Cheyrou

Timothée Lance Photographies – 06 22 68 03 49
contact@photographe-lance.comwww.photographe-lance.com


Légende Photos :

  • La Villa « Marguerite » à Cadouin.
  • Nicolas Guittet, souffleur de verre à Limeuil.
  • Pochette de disque de Nico Wayne Toussaint.
  • Domaine La Fauconnie.
  • Vêtements de julia Lange, créatrice allemande.
  • Corporate « Coco Architecture » à Cénac et Saint Julien.
  • Bijoux collection Michèle Jarry des Loges.
  • Photo de mariage.

Cet article a été publié dans le numéro 9 du magazine « Secrets de Pays ».

Vous pouvez vous le procurer sur la boutique du site…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.