La maison Geoffre à Lalinde

En 1829, la succession du curé Geoffre devait être un acte de charité en faveur des pauvres de la ville. Ce ne fut, en fait, qu’une piteuse histoire de détournement des dernières volontés du défunt.

Il faut revenir à l’année 1824, époque où Mathieu Bondy-Geoffre, curé de Lalinde, lègue par testament sa maison d’habitation au Bureau de Bienfaisance. Cet organisme, que l’on peut comparer aux associations caritatives telles que nous les connaissons de nos jours, avait pour vocation d’aider tous les pauvres de la ville. Le curé Geoffre en est alors l’un des piliers.

Le curé Geoffre

Sa bienveillance ne s’arrête pas au don de sa maison d’habitation. Il offre aussi son domaine de la Faye Basse au Petit Séminaire de Bergerac, le presbytère de Drayaux aux prêtres qui desserviront successivement la dite paroisse, ses livres et ses soutanes au Grand Séminaire de Bergerac afin qu’ils soient offerts à des ecclésiastiques pauvres. De plus, il souhaite que la vente de son argenterie et de ses meubles soit répartie moitié aux profits des pauvres de la commune de Lalinde, moitié pour des messes. En contrepartie, il demande qu’un service religieux lui soit dédié tous les ans, le jour de Saint-Matthieu. Il meurt cinq ans plus tard, en 1829.

Un testament contesté

Le testament ne sera pas contesté de son vivant, mais il n’en sera pas de même après son décès. Son frère, Godefroy Bondy-Geoffre de Lanxade – lieutenant du présidial de Libourne de 1784 à 1790, puis maire de Libourne de 1790 à 1792 – secrétaire général à la préfecture de la Dordogne, va porter réclamation en alléguant que ces dons sont excessifs. Dans un premier temps, il obtiendra gain de cause, puis héritera des biens immobiliers et des objets de valeur qu’il vendra immédiatement à son profit.

Épaulé par le maire et le conseil municipal, le Bureau de Bienfaisance portera l’affaire devant le tribunal de Bergerac qui autorisera le maire de Lalinde à accepter le legs dans l’intérêt des pauvres (ordonnance du 6 janvier 1831). Le tribunal se prononcera une seconde fois, le 25 janvier 1831. Le jugement portera cette fois sur le mobilier et les objets de valeur destinés aux curés de la paroisse de Drayaux, au Petit et au Grand Séminaire de Bergerac. Ces biens ayant déjà été vendus, cette ordonnance n’aura aucun effet.

Godefroy Lanxade, reste toutefois persuadé que ces dons sont excessifs et propose de passer un accord avec la mairie. Il laisse la maison de Lalinde, sa cour, son jardin et ses dépendances au Bureau de Bienfaisance, mais tient à garder les terres et les prairies de la Faye Basse et toutes celles de Drayaux. Cet accord spoliant encore une partie des légataires sera cassé par un arrêté préfectoral en décembre 1834. Godefroy Bondy-Geoffre de Lanxade n’aura pas connaissance de cet arrêté. Il décèdera un mois plus tôt, en novembre 1834, d’une crise d’apoplexie.

Après son décès, ordonnances et arrêtés ne dissuaderont pas les héritiers de continuer à réclamer avec instances l’héritage du curé Geoffre. Lassé par cette affaire, le maire de Lalinde finira par assigner les prétendants devant le tribunal de Bergerac. Le Bureau de Bienfaisance obtiendra finalement les biens du testamentaire. Après dix années de lutte, un jugement du 27 aout 1839, condamnera définitivement les héritiers « à délivrer et à délaisser à Monsieur le Maire de Lalinde, dans l’intérêt des pauvres, les objets légués par feu l’abbé Geoffre, comme il était désigné dans le traité de 1831, et aux conditions portées dans les articles de ce traité. » Classe de maternelle devant la porte de la maison Geoffre en 1936/1937

La Maison du Curé Geoffre

Des biens légués, il ne reste que la maison de Lalinde avec sa cour et son jardin. La commune va y loger les curés de la paroisse et paiera le loyer au Bureau de Bienfaisance. La loi de décembre 1905, concernant la séparation des Églises et de l’État, mettra fin à ce régime de location. À partir de cette date, les curés paieront eux-mêmes leur loyer. Ils resteront logés dans la maison Geoffre, jusqu’à ce qu’une famille lindoise offre à la Fabrique le presbytère actuel.

En 1826, la commune loue le premier étage pour y installer la justice de paix, et le rez-de-chaussée en 1831 afin d’y créer ce que l’on appelait alors l’école enfantine. Elle y restera logée jusqu’en 1955. Entre-temps, la mairie avait acquis cette maison au début des années cinquante pour y loger différentes associations. Dans les années soixante, ce sera une société de musique, le Rallye Lindois puis, plus récemment et jusqu’en 2010, un service d’aide sociale à l’enfance, et un service de protection maternelle.

De nos jours, donnant sur la place du 8 Mai, elle héberge une association caritative qui combat l’illettrisme et aide sur de nombreux points les administrés grâce au dévouement de ses bénévoles. Le souhait du curé Geoffre se réalise enfin. Aussi, comme le dit un vieux proverbe français, puisque « la bonté faite en charité n’est jamais perdue », cette maison communale, sans nom pour l’instant, sera prochainement baptisée : « Maison du curé Geoffre ».

Christian Bourrier


Légendes photos :

  1. La maison Geoffre, place du 8 Mai, à Lalinde.
  2. Les enfants de l’école maternelle devant la porte de la maison Geoffre. Année 1936/1937.

Cet article a été publié dans le numéro 8 du magazine « Secrets de Pays ».

Vous pouvez vous le procurer en consultant la boutique du site…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.