Le Crapaud Sonneur à ventre jaune

Le sonneur est un petit crapaud aux mœurs nettement aquatiques. Ses pieds palmés et son ventre taché de jaune vif permettent de l’identifier aisément. Il se reconnaît encore à ses yeux proéminents, haut placés, à la pupille en forme de cœur. Les glandes verruqueuses de sa peau secrètent une substance irritante pouvant provoquer des malaises chez certains sujets particulièrement sensibles. Le Crapaud Sonneur à ventre jaune doit son nom à son chant modulé, faible et plaintif, « hou-hou-hou », longuement répété. Il peut vivre longtemps, au moins 15 ans, le record étant de 34 ans en captivité. En Dordogne, c’est uniquement dans le quart nord-est du département que vous pourrez observer cette espèce menacée et protégée. Toutefois, ce crapaud est très discret, surtout actif la nuit ; en journée, c’est dans l’eau que vous aurez le plus de chance de le rencontrer…

Le Crapaud Sonneur à ventre jaune, Bombina variegata (Linné, 1758), est un amphibien de la famille des Discoglossidés. Il est appelé en français sonneur à ventre jaune ou Crapaud Sonneur à ventre jaune ou sonneur à pieds épais. Pour rappel, le dos bosselé différencie un crapaud d’une grenouille.

C’est un tout petit crapaud dont le corps ovale mesure jusqu’à 5 cm de long pour un poids de 8 à 12 g. Les mâles sont plus petits que les femelles. Ce n’est que durant la période de reproduction que les mâles peuvent être distingués des femelles par leurs durillons noirs à l’avant-bras et au pouce.

Couverte de verrues souvent rehaussées de pointes noires cornées, sa face dorsale a la couleur de la terre glaise, d’un marron grisâtre-verdâtre et terne, ce qui lui assure un camouflage parfait dans l’environnement qu’il affectionne. Sa face dorsale verruqueuse contraste avec la peau lisse de son ventre. Son ventre, parlons-en. C’est grâce à sa couleur jaune (parfois orangée), marbrée de taches de couleur noir ardoisé que l’on peut le reconnaître précisément, sans risque d’erreur. Ces taches constituent une véritable carte d’identité, car elles sont propres à chaque individu.

Le Crapaud Sonneur à ventre jaune possède de gros pieds avec des doigts souvent jaunes. Les doigts des pattes antérieures ne sont pas palmés, contrairement aux doigts des pattes postérieures. Le sonneur a des yeux nettement saillants dont la pupille est en forme de cœur. Le museau est arrondi. Les tympans ne sont pas visibles. Il ne possède pas de sacs vocaux.

La face dorsale du Crapaud Sonneur à ventre jaune

La face dorsale du Crapaud Sonneur à ventre jaune

Répartition du Crapaud Sonneur

La distribution du Crapaud Sonneur à ventre jaune est de type continental : il est assez présent dans l’Est et le Centre de la France, mais jamais près des côtes. En Aquitaine, l’espèce est rare, car elle y atteint la limite sud-ouest de sa répartition. Elle s’est longtemps cantonnée dans le quart nord-est du département de la Dordogne, où les populations sont en continuité avec celles du Limousin. Mais récemment, elle a été redécouverte dans une station du Bazadais, au sud-est de la Gironde, et dans trois stations du nord-est du Lot-et-Garonne. La majeure partie des observations sont possibles d’avril à juillet lors de la saison de reproduction.

Habitat du Crapaud Sonneur

Le Crapaud Sonneur à ventre jaune a besoin d’un réseau important de petites surfaces d’eau stagnante et peu profonde, bien exposées au soleil. C’est l’hôte habituel des ornières situées en forêt, des zones d’éboulis, des fossés en bordure de chemins et des rivages de rivières à courant lent. Dans les paysages cultivés, il est surtout présent dans les carrières, les sites de construction et les décharges présentant des zones humides. Il semble qu’autrefois, on le rencontrait souvent aux abords des fermes, dans les pâturages ainsi que le long des chemins carrossables inondés ou des fossés. Leurs habitats terrestres doivent présenter un sol suffisamment humide tout au long de l’année et des cachettes assez nombreuses. La litière des champs, le bois mort ou l’herbe couchée au sol ainsi qu’un sol forestier aéré lui conviennent bien. Pour la ponte, il utilise volontiers les ornières de véhicules exposées au soleil et peu fréquentées.

Les têtards supportent une eau présentant une très forte concentration de matières organiques ainsi que des températures élevées, allant jusqu’à 36°C. Ils résistent également aux périodes de sécheresse temporaires. Toutefois, les sites de pontes doivent retenir suffisamment d’eau pendant un minimum de trois mois. Le sonneur à ventre jaune évite les étangs d’eau froide qui ne s’assèchent jamais, dans lesquels ses têtards seraient facilement dévorés par des prédateurs. En revanche, il n’hésite pas à pondre dans des plans d’eau pouvant s’assécher et dans lesquels les têtards peuvent mourir.

Mœurs des crapauds sonneurs

À noter la pupille en forme de cœur du Crapaud Sonneur

À noter la pupille en forme de cœur du Crapaud Sonneur

Les sonneurs sont très sociables et vivent souvent en petits groupes. D’avril à septembre, on trouve toujours des sonneurs à ventre jaune adultes dans l’eau, mais il y a un échange constant d’individus. La majorité d’entre eux reste cachée sur la terre ferme. Ils se déplacent volontiers et peuvent coloniser de nouveaux habitats à une distance de plusieurs kilomètres. Ce sont surtout les jeunes individus qui colonisent les nouveaux sites. Quant aux individus âgés, ils sont souvent extrêmement sédentaires et peuvent rester des années durant à un endroit qui n’est plus favorable à la reproduction.

Son régime alimentaire consiste en toutes sortes de petits animaux vivants, qu’il trouve à même le sol : insectes, vers, mollusques, crustacés, parfois arachnides et plus rarement d’autres batraciens. Les têtards, quant à eux, sont végétariens : algues, diatomées.

Reproduction des crapauds sonneurs

L’espèce est ovipare. Les crapauds sonneurs à ventre jaune se reproduisent juste après l’hibernation qui a lieu d’octobre à avril. Pendant la période de reproduction, d’avril à la mi-août, les mâles appellent les femelles de jour comme de nuit, souvent en se laissant flotter à la surface de l’eau, avec de petits cris plaintifs peu audibles (il ne porte qu’à quelques dizaines de mètres). Ce chant nuptial est un « hou-hou-hou » répété régulièrement sur un rythme assez lent. Les mâles fréquentent plus longtemps les plans d’eau que les femelles qui n’y viennent qu’après la pluie, pour y déposer leurs œufs.

Les crapauds sonneurs à ventre jaune s’accouplent en amplexus lombaire dans une mare ou un fossé d’eau temporaire. Il doit rester suffisamment d’eau pendant une période de trois mois minimum. La femelle peut pondre chaque été jusqu’à 200 œufs, mais souvent moins de 50. Il peut aussi arriver qu’elle ponde une deuxième fois dans l’été. Grâce à sa longévité élevée – au moins 15 ans – les populations de Crapaud Sonneur peuvent subsister plusieurs années sans se reproduire. En règle générale, le sonneur à ventre jaune atteint la maturité sexuelle après deux hivers.

Après l’accouplement, les œufs sont déposés sur les parties immergées de brindilles et plantes aquatiques. La femelle accroche ses œufs un à un ou par petits paquets sur les plantes, les brindilles ou à même le fond du plan d’eau. La plupart des œufs ont une surface opaque.

Huit jours après la ponte, les têtards sortent de leur enveloppe et se cachent parmi les plantes aquatiques pendant trois mois, le temps de leur métamorphose. Ils mesurent 6 mm à leur naissance. Ils sont très résistants et peuvent supporter que l’eau monte à une température de 36°C. Ils sont de couleur brun-gris, de forme ovale et ont une queue arquée, dont la racine remonte jusqu’à mi-dos. Une des principales caractéristiques des jeunes têtards est une peau extérieure transparente. En outre, le bord des nageoires est pourvu d’un réseau de lignes. (1)

Un comportement défensif face aux prédateurs

Les principaux prédateurs du Crapaud Sonneur à ventre jaune sont les oiseaux et les carabes (coléoptères). Les têtards, quant à eux, sont une proie facile pour les poissons, les tritons, les insectes et les oiseaux prédateurs…

La couleur de leur dos leur assure un camouflage idéal. Mais lorsqu’il se sent en danger, il peut présenter un comportement défensif. C’est le réflexe d’Unken (propre à certains lissamphibiens comme les Salamandrina et Bombina)  : il se retourne, et dévoile au prédateur sa livrée ventrale aux couleurs vives, tout en s’arc-boutant, ses pattes relevées. Ensuite, il s’immobilise, dans une attitude rigide. La coloration typique de leur ventre est dite aposématique, une sorte de signal d’alarme indiquant à d’éventuels prédateurs qu’il est toxique. Lorsque l’agression est sérieuse, le sonneur peut libérer une sécrétion cutanée laiteuse et toxique, poison irritant au contact des muqueuses, et à l’odeur repoussante. Ce liquide le protège également des bactéries. (2)

ventre-crapaud-sonneur-a-ventre-jaune
Un Crapaud Sonneur à ventre jaune dans la posture défensive appelé réflexe d'Unken

Un Crapaud Sonneur à ventre jaune dans la posture défensive appelé réflexe d’Unken

Une espèce menacée et protégée

Depuis la fin du XIXe siècle, le Crapaud Sonneur à ventre jaune est en régression sur l’ensemble de son aire de répartition. Cette régression est due à la combinaison de nombreux facteurs parfois d’origine humaine. Citons l’assèchement des zones humides (canalisation des rivières, drainage des fossés et des petites mares), la suppression des friches, la mécanisation de l’agriculture et des travaux de débardage du bois en forêt, l’utilisation des produits phytosanitaires, la destruction directe à cause de la prédation des espèces exotiques introduites (comme la Grenouille taureau), et les changements climatiques.

Le Livre rouge des vertébrés de France le mentionne comme « espèce vulnérable ». Il fait d’ailleurs partie des sept espèces d’amphibiens menacées sur le territoire métropolitain. Il est donc protégé en France depuis 1976 et également en Europe par la Convention de Berne depuis 1979 et par la Directive européenne Faune Flore Habitats de 1992.

Jean-François Tronel


Notes :

  • (1) Sonneur à ventre jaune, Karch, Centre de Coordination pour la Protection des Amphibiens et Reptiles de Suisse.
  •  (2) Sonneur à ventre jaune Bombina variegata, Sepanso, France Nature Environnement.

Crédit Photos :

  • Face ventrale du Crapaud Sonneur à ventre jaune, par Waugsberg (Travail personnel), via Wikimedia Commons.
  • Le Crapaud Sonneur à ventre jaune, par Rosenzweig (Travail personnel), via Wikimedia Commons.
  • Bombina variegata, par Marek Szczepanek (Travail personnel), via Wikimedia Commons.
  • Un Crapaud Sonneur dans la posture défensive appelé réflexe d’Unken, par Christoph Leeb (Travail personnel), via Wikimedia Commons.
  • Réflexe d’Unken : ventre d’un Crapaud Sonneur à ventre jaune, par Woluhar (Travail personnel), via Wikimedia Commons.

REMARQUE : Si un extrait du présent article posait problème à son auteur, nous lui demandons de nous contacter et cet article sera modifié dans les plus brefs délais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.